Carnet de route

via ferrata école d'aventure

Le 16/12/2020 par Leyne Alice

A dix heures, tous regroupés à Thônes, nous commençons à observer le matériel. Les longes de Via Ferrata, d’abord, et les mousquetons au bout, le baudrier, surtout, le pontet où, justement, sont attachées les longes, et les casques, bien sûr. Les cordes, aussi, pour s’encorder (on l’aurait deviné), et l’absorbeur, enfin, qui se déplie lorsqu’on tombe, pour amortir la chute. J’oublie quelque chose? Il ne me semble pas… Baudriers enfilés, casque sur la tête, nous entamons la courte ascension qui nous mènera en bas de la « Roche à l’Agathe ». A mi-chemin, nous retirons une couche. Certes, il fait frisquet mais la montée nous fouette les sangs. Arrivés au commencement de la Via, nous nous encordons, avec un noeud que je serai en peine de nommer, un demi double quelque chose… Et que je ne saurais pas plus refaire…Nous voilà à 660 m au-dessus du niveau de la mer. Le temps de parcours annoncé est de 2 à 3h, pour 600 m de long, et 235 m de dénivelé… La roche sera du calcaire, et la falaise est exposée Sud-Ouest. Et c'est parti. A deux, nous commençons à suivre la paroi. Très vite, nous voilà face à un pont de singe. Quelques sueurs froides pour certaines personnes du groupe, mais moi, j’adore ça. La vue n’est pas top, on voit même la piscine municipale, mais le parcours est agréable, ça commence assez tranquille. Beaucoup retirent une nouvelle couche, le soleil se lève. Désormais, ventre contre la paroi, les pieds au-dessus du vide, ça devient plus « marrant », pour certains, effrayant pour d’autres. Mais ça reste très amusant. Pas besoin d’une condition physique très bonne, mais une condition mentale sainte pourrait s’avérer utile… Parfois, je baisse les yeux. Sans la barre de métal (tiens elle me semble bien fine…) qui me retient, la chute serait longue… Mais je m’amuse bien, je n’ai plus froid. Et malgré tout, c’est assez grisant cette altitude, cette apparente précarité. Je sais bien que je ne risque pas de tomber (Si ? ) mais l’adrénaline emplit mes veines. Je commence à avoir faim. Certains dévers, bien que peu inclinés, me mettent momentanément mal à l’aise. Je ne suis pas trop fatiguée (pour l’instant), et quand on porte le regard plus loin que la ville, les montagnes sont superbes. Les noms sont intéressants, amusants et parfois peu rassurants. Le premier pont de singe se nomme le pont du calvaire, un passage incliné (dans le mauvais sens) s’appelle la rampe r’tournes’y pas et la vire d’la sieste n’est pas si reposante que ça. Enfin, nous arrivons à la partie « dure » (ça ne l’était pas avant ???). Un beau dévers, le surplomb de l’ermite, nous toise. A côté, pour les fatigués (non, pas peureux, fatigués), une échelle penchée vers le vide, L’échelle des Sapeurs de l’Empire, semble bien plus accueillante. C’est d’ailleurs la voie que j’ai choisie, ainsi que nombre de mes camarades. J’admire profondément ceux qui ont eu le courage, heu… le manque de fatigue… de tenter (et réussir, pour tous ceux qui l’ont fait) le dévers. Ne restait plus qu’une sorte de sentier de chèvre, et on atteint le sommet de la Via Ferrata. Il est 14h… On a mis 4h pour monter. C’est la faute des cordées, bien sûr, ça ralentit ! Soulagés, nous sortons les pique-niques, et on se réjouit tous d’avoir décidé de manger en haut ! Puis on redescend, par le sentier aménagé. Personnellement, je suis bien éreintée. Je prends mon temps… Ce qui ne m’empêche pas de me faire une entorse. Mais nous arrivons tous en bas entiers, et, le plus important (quoique entier c'est primordial aussi), heureux. Il est 15h 30. Ah oui ? C’est moi qui doit faire le compte-rendu ? Bah d’accord… Enfin voilà, une super journée, flirter avec le vide, c'est marrant, si si, marrant.

Lien vers le google photos 







CLUB ALPIN FRANCAIS FAVERGES
FOYER MUNICIPAL
LA SOIERIE
141 ROUTE D ALBERTVILLE
74210  FAVERGES-SEYTHENEX
Contactez-nous
Tél. 04 50 32 54 05
Permanences :
Annulée COVID (avant les vendredi 20h - 21h30)