Carnet de route

Névés et torrents au programme du tour de la Bessanèse

Le 29/07/2018 par marie-do Siéfert

Lundi 23 juillet 9h, nous sommes 9 au départ de Faverges, direction le parking des Vincendières : nous allégeons tout de suite les sacs en pique-niquant aux abords des voitures, puis montée tranquille au refuge d'Avérole par la rive gauche de la Lombarde. Au refuge, nous sommes accueillis (pour le plus grand plaisir de Marie-Laure... ou plutôt d'Éliane) par des poules et un chat : nous ne le savons pas encore, mais ce sera la seule fois du séjour où nous aurons le loisir de buller un peu avant le repas !

Mardi 24 juillet 7h45, départ pour le passage du Collerin (3200m) : sur les conseils du gardien, nous montons hors sentier pour éviter la double traversée d'un torrent, puis nous attaquons la morraine bien raide, avant de prendre pieds sur les névés sous le col de la Bessanèse (n'oublions pas la pause banane rebaptisée pour tout le trek en «pause sandwich Marie-Claude») : une première en crampons pour Thérèse et Éliane. Nos efforts sont récompensés par un petit lac glaciaire au pied du passage du Collerin : une cinquantaine de mètres dans de gros «débris» nous permet d'atteindre le passage, où la vue plongeante sur sa face EST est saisissante ! Petite collation (rapide pour Roland...) au sommet, avant une descente prudente et technique... Elle commence par une cinquantaine de mètres bien raides sur de la terre-schisteuse, puis nous pouvons nous saisir des cordes fixes (bienvenues) : la suite de la descente s'effectue dans de gros blocs (bien désagréables), puis nous retrouvons enfin les névés soutenus au début (quelques petites glissades plus ou moins contrôlées) puis bien plats sur une longue longue longue distance... 2 traversées en dévers de névés (plus de peur ou d'agacement que de mal pour Éliane et Philippe), suivies d'une remontée de 100m, nous permettent d'atteindre le refuge Gastaldi, avec en prime la présence d'un magnifique bouquetin mâle ! Repas gargantuesque pour nous remettre de nos premières émotions !

Mercredi 25 juillet 7h45, départ pour une étape «tranquille» sur le papier : environ 7km et 600m de D+ (finalement, nous traverserons une trentaine de névés, avec de nombreux chaussages-déchaussages de crampons). Nous prenons le temps toute la matinée d'admirer le paysage (Bessanèse, Ciamarella), les fleurs (dont du génépi, avis aux amateurs...) et des «mares» puis le magnifique lago della Rossa partiellement enneigé ! Nous essuyons une petite ondée à midi sur les bords du lac. À la fin du repas, les «gamin.e.s» s'occupent en faisant des ricochets, avant de chausser (et enlever) plusieurs fois les crampons pour franchir le col Altare (et un névé en dévers dans la descente). Au col, nous contemplons un troupeau de bouquetins (les descendants de Belzebuth, et «son yeux jaunes» lirons-nous au refuge Cibrario...) Descente sur le refuge agrémentée d'un passage humide de torrent. L'orage et la grêle éclateront 30min après notre arrivée... Lors du repas, Jean-Michel fera breveter le «put the paper in the door !», le français n'étant pas compris au refuge : les poireaux-poivrons (traduction du chef) s'avèreront finalement être des épinards ! Nuit en chambres de 3 lits superposés (ça tangue...)

Jeudi 26 juillet 7h15, nous chaussons les crampons pratiquement au refuge pour gravir 150m de D+, direction le colle Sulé : puis s'ensuit une montée régulière sur sentier jusqu'au col (un peu plus de 3000m), vue grandiose sur le Grand Paradis entre autres ; la descente du col se fera au début sur sentier, puis rapidement sur névé (sauf pour JM et P qui préfèreront les blocs) avec les crampons que nous gardons pour remonter à un 1er lac ; nous ne verrons pas la casematte sous les lacs Autaret, par contre nous admirerons ces 3 lacs. Arrivés au col d'Autaret, ça charge sur l'Italie, alors qu'il fait beau côté français. Encore un déjeuner un peu écourté pour Roland et Marie-do (à la recherche du passage «sympa» pour la descente...) : finalement, ce sera par le GR, même si sur une cinquantaine de mètres il n'y a plus réellement de sentier... Petite main courante pour se rassurer. Nous cheminons ensuite tranquillement au-dessus du vallon de la Lombarde, jusqu'au moment où, sur les conseils du gardien d'Avérole, nous tentons de traverser la Lombarde (avec succès, où chacun.e peut montrer ses talents de sauteur en longueur...), mais c'était sans compter sur une gorge inhospitalière qui nous oblige à revenir sur nos pas et retraverser la Lombarde..., escalader des blocs, puis finalement rejoindre la rive gauche de la Lombarde en passant sur des buses en partie (mais moins que ce que nous avait dit le gardien) submergées... La suite est une longue traversée jusqu'à la cabane du berger, puis une traversée sur passerelle de la Lombarde, et 1h de marche rapide en montagnes russes, sous quelques gouttes de pluie, jusqu'au refuge d'Avérole (nous arriverons, bercés par le grondement du tonnerre plus ou moins lointain... 15 minutes avant le repas, après 11h30 de rando, et 15km officiels (en fait avec nos recherches pour traverser au mieux la Lombarde, c'est plutôt 17km...)) Roland briefera un groupe d'avignonais qui partaient le lendemain pour faire le tour... Soirée et nuit paisibles, grasse mat' jusqu'à 8h accordée (finalement, nous serons tous debout à 7h15...)

Vendredi 27 juillet, descente plus que tranquille jusqu'aux Vincendières, puis nous décidons de jouer aux touristes en passant pas le col de l'Iseran pour rejoindre Faverges...

Un bien beau tour, une très bonne ambiance dans le groupe, what else ! Un grand merci à Roland pour l'organisation et surtout l'encadrement, et à chacun.e pour sa bonne humeur. RDV en 2019 pour d'autres aventures estivales pédestres ? 

 

Plus de photos dans la photothèque







CLUB ALPIN FRANCAIS FAVERGES
FOYER MUNICIPAL
LA SOIERIE
141 ROUTE D ALBERTVILLE
74210  FAVERGES-SEYTHENEX
Contactez-nous
Tél. 04 50 32 54 05
Permanences :
Vendredi 20h - 21h30
Agenda