Carnet de route

École de glace 2018

Le 09/06/2018 par Guillaume Haberer

Étaient présents, encadrés par Olivier : la présidente et un ex-président, Claude et Nadine, Marc et Martine, Christophe et Dorothée, Tina, Isabelle, Corinne, Sylvie, Baptiste et Guillaume. Notre équipe a pu profiter d'une belle journée sur la mer de glace, toujours plus basse d'année en année.

Après la descente de 349 barreaux d'échelles, nous avons rejoint les moulins. Crampons aux pieds, Olivier nous donne les premières consignes (pas de prise de carre, toutes les pointes toujours dans la glace - marcher les pieds légèrement écartés pour ne pas accrocher son pantalon). Une fois choisi le lieu pour les exercices, on enchaîne montées en marche arrière, traversées sur des pentes à 40°, descentes en sauts à pieds joints (les mains posées sur les genoux), descentes avec les pieds en canard, à 10h10. Toujours souple sur les cuisses. Il nous faut d'abord surmonter l'appréhension, et comprendre que des crampons sur la glace, ça tient !

Passage ensuite sur l'autre rive de la bédière, après une série de sauts mémorables (Isa, tu nous lis ?). Apprentissage des techniques d'utilisation du piolet, en canne, en ramasse, en rampe. Et même le pas français, sur une pente à plus de 45° cette fois. On apprend ensuite à installer une broche à glace, qu'il faut protéger du soleil pour éviter que la glace ne fonde.

Pique-nique sur les rochers. Chacun se requinque comme il peut, aidé par le chocolat de Guy et les gâteaux de Marie-Do. Ensuite, descente sur main-courante pour rejoindre le spot choisi pour faire de la cascade de glace, entre deux chutes d'eau. Tout le monde s'arme de deux piolets techniques, expérimente rapidement que les pointes des crampons tiennent bien, mais que si on soulève le talon, ça fait levier et le pied décroche.

On termine l'école de glace par l'apprentissage des nœuds de cordée. Le premier et le dernier de cordée placent 5 mètres de corde dans leur sac, et s'attachent avec un nœud de pêcheur double. Ceux de milieu de cordée font une potence par un nœud de huit, et s'attache avec un nœud de pêcheur double. La potence permet de désolidariser les mouvements des uns et des autres sur la cordée.

Retour ensuite au bas des échelles, dont nous gravissons les 380 barreaux (tiens tiens, pas le même nombre qu'à la descente !) pour attraper le train de 16h30 tranquilles pas énervés, qui nous ramène à Chamonix où nous terminons la sortie autour d'une bière (voire d'une eau minérale pour certaines).

Merci à Olivier et Claude pour cette belle journée pédagogique.

Plus de photos dans la photothèque

 







CLUB ALPIN FRANCAIS FAVERGES
FOYER MUNICIPAL
LA SOIERIE
141 ROUTE D ALBERTVILLE
74210  FAVERGES-SEYTHENEX
Contactez-nous
Tél. 04 50 32 54 05
Permanences :
Vendredi 20h - 21h30
Agenda